Contrôlons l'abreuvement, surveillons les mictions de nos Dalmatiens.

Observer c'est prévenir




L'eau occupe une place centrale dans la chimie de l'organisme, en témoi¬gnent les techniques de réanimation fondées sur la qualité du remplissage vasculaire ga¬rant du fonctionnement cardiovasculaire et sur l'efficacité de l'épuration rénale.
La vague de décès l'été dernier, chez les per¬sonnes âgées, a bien tristement illustré la dépendance d'un organisme à l'égard de l'eau.

Contrôle de la consommation d'eau.

Hygiène de l'abreuvement :
Pour connaître la consommation d'eau quotidienne, il est indispensable d'utiliser une gamelle de contenance connue dont l'eau sera changée matin et soir.
En ce qui concerne les croquettes, l'adjonction d'un verre d'eau chaude cinq minutes avant de servir permet certes, de distribuer un aliment beaucoup plus appétent, mais surtout presque réhydraté ce qui évite toute rupture de l'hydratation de l'organisme, facteur de concentration de l'urine favorisant les calculs et par ailleurs, notamment par temps chaud, la consommation d'eau stagnante lors des promenades ; on observe en effet une recrudescence de la Leptospirose, maladie souvent mortelle (néphrite ou gastroentérite hémorragique fulgurantes), transmise par ingestion d'eau souillée par des rongeurs, contre la¬quelle la protection conférée par le vaccin annuel peut être insuffisante.

Quelle est la consommation Quotidienne moyenne d'eau d'un Dalmatien ?
Avec un aliment humide (aliment ménager ou boîte), un Dalmatien boit à peu près un demi-litre d'eau, le double avec des croquettes.
Il est vrai qu'un temps chaud ou une période d'excitation lorsque le chien halète, pourra de façon passagère, provoquer une augmentation significative des quantités indiquées ci¬dessus.
Considérons qu'un Dalmatien nourri avec un aliment humide doit boire par jour moins de trois quarts de litre d'eau et avec des croquettes moins d'un litre et demi.

Au dessus de ces quantités, la soif est exagérée : il s'agit de POLYDIPSIE.

Quelles maladies suspecter en cas de polvdipsie ?
Une polydipsie durable est à rapporter à des affections sérieuses nécessitant de consulter votre Vétérinaire.
Trois maladies souvent liées à l'âge, sont à envisager en première intention

Le pvomêtre :
C'est une infection de l'utérus, à col fermé, liée pense-t-on, à un déséquilibre ovarien. Le pyomêtre intervient rarement avant 6 ans sauf emploi de progestatifs contraceptifs par voie orale ou injectable. L'usage de ces substances doit donc être très mûrement réfléchi. Il n'y a pas de pertes vulvaires, le pus s'accumulant progressivement dans l'utérus en quantité parfois impressionnante, si bien qu'il n'est pas rare d'observer des cornes utérines de la taille d'un avant-bras.
Un diagnostic tardif peut conduire à une péritonite par rupture de l'utérus ou à une néphrite souvent fatale. En effet, le seul traitement est l'ovariohystérectomie.
Le pyomêtre s'accompagne souvent de fati¬gue, d'anorexie, éventuellement d'une dis¬tension abdominale. Il intervient plus fré¬quemment dans les semaines qui suivent les chaleurs.

Le diabète :
L'excès de sucre dans le sang se traduit cliniquement par les trois signes suivants : soif intense, polyurie (élimination d'urine en quantité démesurée) et appétit féroce (pas toujours facile à apprécier du fait de la voracité de nos Dalmatiens ... ).
Le diabète intervient plus volontiers chez les individus en excès de poids.

L'insuffisance rénale chronique (IRC) :
On parle de néphrite chronique lors d'altéra¬tion progressive de la capacité de filtration du rein qui est formé, au sein d'une structure de soutien fibreuse, de millions d'unités de filtration ("néphrons") constituées de pelotons associant capillaires sanguins et tubules rénaux, permet¬tant l'élimination des déchets au travers des membranes cellulaires.
La diminution, par slérose vasculaire ou fibrose de la trame conjonctive, du nombre de « néphrons » dès la fin de l'âge adulte, à savoir à partir de 8 ans chez le Dalmatien, est physiologique ; prenons comme élément de comparai¬son les cheveux qui, pour les mêmes raisons, se raréfient et deviennent plus fins chez l'homme dès l'âge mûr.
Un chien très âgé, en l'absence de pathologie cardiaque ou maladie intercurrente grave, meurt « de sa belle mort », au terme de l'évolution de la néphrite chronique. Ce vieillissement peut, pour des raisons plurifactorielles mais notamment génétiques, intervenir prématurément chez des chiens de quelques années et ce, quelle que soit la race, et même chez des chiens « croisés » (cf la calvitie de l'homme).

Quels sont les signes d'appel d'une néphrite chronique ?
En premier lieu une polydipsie, puis un certain manque d'appétit éventuellement associé à une perte de poids, enfin une certaine fatigue.
Sur le plan biochimique, une analyse de sang montre une augmentation des paramètres majeurs que sont l'urée et de la créatinine ; précisons que l' «urémie» n'est pas une ma¬ladie, ce n'est qu'un symptôme : elle peut être d'origine rénale, mais aussi «prénale», notamment lors de déshydratation, voire «postrénale» lors d'obstacle à l'élimination de l'urine au niveau de la vessie ou de l'urêtre.

De nombreuses autres affections entraînent une polvdipsie : Maladies hépatiques, Maladie de Cushing, etc ...


Surveillance des mictions.

Nous savons, que le Dalmatien dont l'urine est naturellement chargée en cris¬taux d'urates peut particulièrement, lors d'erreurs de régime alimentaire, fabriquer à partir de ces cristaux des calculs d'urates.
Toute personne ayant élevé une portée, a pu observer par mo¬ments, lors du net¬toyage du sol de la maternité, certaines flaques d'urine d'apparence laiteuse; ceci correspond à une concentration excessive en cristaux d'urates. Si cela dure, il faut reconsidérer le taux de protéines du régime alimentaire des chiots et de la mère, probablement trop élevé.

Contrôlons l'abreuvement, surveillons les mictions de nos Dalmatiens.
Dans l'absolu, les sorties hygéniques doivent être réglées de façon, notamment pour les mâles, que le chien ne donne pas l'impression de « se soulager » avec empressement. restant la patte levée longtemps lors de la première miction.

Lors des sorties, la vidange de la vessie doit être la plus totale possible, ce qui, en pratique, n'est que rarement réalisé par une sortie furtive dans le jardin. Le sirop de la rue possède, à cet égard, des vertus certaines ...

Chez le mâle, la force du jet d'urine doit être systématiquement appréciée:
Un jet faible, entrecoupé, la présence de sang même ponc¬tuelle, peut correspondre à des calculs ou à une affection de la prostate.

Chez la femelle, il est facile d'observer l'urine (même lors de miction dans l'herbe). Une urine trouble, malodorante (odeur ammoniacale), anormalement colorée, laisse craindre une cystite débutante. En cas de doûte, demandez conseil à l'assistante de votre vétérinaire ; un petit prélèvement d'urine (grâce à une louche ébouillantée, le chien étant en laisse), transmis sans délai, permettra éventuellement de rechercher facilement à l'aide de bandelettes d'analyse immédiate, la présence de sang et de signes d'infection.
Dans les deux sexes, la pollakiurie (émission fréquente de petites quantités d'urine) et la dysurie (difficultés pour uriner), sont pathologiques et nécessitent une consultation immédiate.

Si, 400 ans avant J.c., le médecin grec Hippocrate a pu dire que l'aliment était le premier des médicaments, du fait des affections rencontrées de nos jours, ne peut-on pas ajouter que l'exercice est très certainement le deuxième ?

Dominique Vincent