Wendy (Stocklore Forrest Windsong) Dalmatien Lua




version anglaise / English
version anglaise / English

 Wendy (Stocklore Forrest Windsong)  Dalmatien Lua
Vétérinaire praticien, séduit par l'intelligence et le caractère des Dalmatiens, véritables "médiateurs" dans le film de Walt Disney, j'ai acquis mon premier Dalmatien (Ivan de l'Echo des Mauges) en 1973 lorsque j'ai commencé mes études à l'Ecole Nationale Vétérinaire de Toulouse.
Depuis, je suis resté fidèle à la race de façon à rechercher ces traits de caractère.

Convaincu de l'intérêt du "Back-Cross project" (sur Google, site américain :www. luadalmatians.com et site européen : www.nuadalseurope.eu , j'ai acquis Stocklore Forrest Windsong ("Wendy") élevée aux Etats Unis ( pedigree : voir en bas de la page document PDF), par le Docteur R. Schaible.
Le projet est soutenu par le Dr D. Bannash qui a identifié la mutation du gène SLC A29.

Wendy , née le 14/01/2008 est hétérozygote (N/hu) pour le gène SLC2A9 normal dominant "N" le gène muté "hu " (huperuricosurie) étant récessif.
Elle est entendante bilatérale, non porteuse du gène lemon.
Sa radiographie des hanches est classée "A" et sa denture est complète.

Wendy enregistrée UKC, AKC est aussi inscrite au LOF "à titre importé" et ses chiots ont un pedigree LOF classique.

Une portée de 8 chiots ( 4M et 4 F) est née le 11 Septembre.
Le père est ODRAZ OD MOTOVUNA ("Harry") appartenant à la famille Esteves d'Iserlohn en Allemagne.Champion d'Allemagne.



ODRAZ OD MOTOVUNA ( Harry)
ODRAZ OD MOTOVUNA ( Harry)

 Wendy (Stocklore Forrest Windsong)  Dalmatien Lua
Harry est un chien très équilbré de caractère, calme et très amical.
(voir son pedigree en bas de cette note, document PDF à télécharger)

 Wendy (Stocklore Forrest Windsong)  Dalmatien Lua
D'excellente construction, il a des origines de grande qualité (T-Cart et Olbero) sans consanguinité
Il est le père de 9 porteés (90 chiots) tout à fait homogènes dont le statut à l'égard de la surdité est exceptionnel : 1 Unilatéral sur 90 chiots!

Elevage www.arabiansstud-esteves.de



I - Défendre une race est un défi ethique

L' Amateurisme (au sens étymologique du terme) implique, à mon sens, de prendre en compte les défauts présents au sein de la race et de travailler à les amender et ce, avec une priorité pour les affections invalidantes d'origine génétique
Lors de la fondation de la race, la sélection excessive sur certains critères peut conduire à divulguer des mutations délétères.
Chez le Dalmatien, la surdité liée au manteau blanc (gène sw) et l'urolithiase (gène SLC2A9) sont pour là pour nous le rappeler !
Notre devoir n'est-il pas de corriger les erreurs du passé ?





 Wendy (Stocklore Forrest Windsong)  Dalmatien Lua
L'urolithiase constitue une affection à laquelle un certain nombre de mâles (25 % à peu près selon les études du Dr Bartges 2006) paient un lourd tribut notamment sur le plan chirurgical. Des cas d'euthanasie, de la part de propriétaires reculant devant des dépenses, m'ont été rapportés.
Si elle apparaît le plus souvent lors d'erreurs diététiques ou d'une hygiène de vie défectueuse, il est indéniable que la prévention de l'urolithiase impose des contraintes que bien des maîtres ne veulent ou ne peuvent suivre.

 Wendy (Stocklore Forrest Windsong)  Dalmatien Lua
II - Le patrimoine génétique du Pointer utilisé en 1973 (un croisement UNIQUE) représente désormais moins de 0,05 % chez les Dalmatiens Lua puisque nous en sommes à la 13° génération !
Une étude très récente mandatée par l'AKC a pu démontrer que le profil génétique de la lignée Lua est identique à celui des Dalmatiens AKC
Ainsi le Dr Bannasch a pu écrire que " c'est un petit prix à payer pour lutter contre l'urolithiase".

Le Pointer a été très souvent utilisé avec profit pour la retrempe de certaines races.
Des études génétiques récentes (Parker et al. 2007 - Leroy et al. 2008) basées sur l'étude de marqueurs moléculaires permettent de regrouper les races en fonction de leurs origines communes. Ainsi le Dalmatien et le Pointer appartiendraient au même groupe.
Nous savons aussi maintenant que la thérapie génique qui consiste à réintroduire le gène par manipulation moléculaire est une voie sans issue, aussi est-il logique de tenter de réintroduire un gène par croisement, méthode qui a fait ses preuves.

III - Les arguments des opposants au projet sont réfutables :

III - 1 - La formation de calculs dépendrait de facteurs d'inhibition

Les ouvrages et publications du Dr C. A. Osborne constituent une référence.
Le fond du problème est la sursaturation de l'urine en cristaux d'urates.

Facteurs alimentaires et hygiéniques favorisants :

. Régime alimentaire inapproprié
. Baisse de la quantité d'urine émise par défaut
. Stase urinaire par vidange insuffisante de la vessie

Mode de formation des calculs : 3 "théories" :

1 ° Précipitation spontanée du fait de la sursaturation de l'urine
2° Nucléation des cristaux en présence d'une matrice protéique initiatrice
Certaines protéines particulières ( uromucoïde, protéine De Tamm Horsfall) peuvent
constituer le noyau de calcul mais elles ne sont pas toujours retrouvées lors de calculs ;
des débris cellulaires peuvent jouer le même rôle.
3° Théorie du défaut de facteurs inhibiteurs de la formation de calculs :
Différentes substances inhibant la formation des calculs feraient défaut (néphrocalcine,
pyrophosphates, citrates, etc...) ; leur nombre témoigne de la diffculté d'affimer leur rôle
déterminant...
Certains Glycosaminoglycanes, bloquant l'adhésion des cristaux sur la muqueuse se
trouveraient en quantité insuffisante chez certains Dalmatiens excrétant des calculs
(CARVALHO, Urology, 2003).

En somme, le facteur primaire est la sursaturation bien qu'existent des facteurs secondaires
difficiles à cerner, au rôle hypothétique.
Attaquons-nous au facteur primaire, la sursaturation en urates !




III - 2 - Impossibilité d'éradiquer l'affection à partir de la seule lignée Lua

IL N'EST PAS QUESTION D'ERADIQUER l'affection mais de réintroduire un gène normal, perdu du fait de la
sélection, avec modération et vigilance.Le projet Lua n'a nullement l(intention de créer un schisme au sein de la
race!
Une collaboration internationale s'est installée depuis 2009 pour donner corps à l'initiative pertinente
et courageuse du Dr Schaible de façon à préserver la variabilité génétique de la race.
Nous travaillons pour les décennies à venir. Le temps sera seul juge !

III - 3 - Risque d'introduction de nouvelles maladies génétiques

La consanguinité de la lignée Lua est telle que d'éventuelles maladies génétiques dues à des
gènes délétères récessifs seraient déjà apparues puisque le backcross date de 1973.
Tant aux USA qu'en France, le Pointer, en matière de maladies génétiques fait partie des races
caractérisées par un excellent statut.
Considérons en France les maladies citées dans la littérature (parfois une maladie est citée
pour une race alors qu'il s'agit d'un cas clinique isolé - prenons l'exemple de la cardiomyopathie
dilatée chez le Dalmatien).
90 % des Pointers sont indemnes de dysplasie, résultat identique à celui du Dalmatien.
L' hypothyroïdie de même que l'atrophie rétinienne progressive n'est présente que dans un très
petit nombre de lignées connues.
La surdité et la myopathie n'existent pas.

III- 4 - Spotting supposé "défectueux" des Dalmatiens Lua

Un opposant au projet écrit : "Devons-nous abandonner la seule caractéristique du Dalmatien
(le spotting) pour résoudre un problème qui n'atteint qu'une minorité de la race ?
Les qualités premières d'un Dalmatien ne sont-elles pas le CARACTERE, la construction et son
superbe trot?


Les taches des Lua sont peut-être un peu plus petites mais restent conformes au standard.
La tendance actuelle est de primer des chiens à tâches de taille supérieure à celle mentionnée
dans le standard (overspotted).

Certains Lua peuvent présenter des taches "givrées" (frosty) c'est-à-dire que les taches
noires présentent un halo périphérique de poils noirs mêlés de blanc ; en français, ces taches
sont appelées "taches-buvard". Ces taches s'améliorent avec l'âge.
Ces taches-buvard n'étaient pas rares chez les Dalmatiens en général, dans les années 1970
Cela reste un défaut mineur, améliorable par la sélection. Les chiots déjà nés en Europe ne présentent pas ce
défaut.


.

Selon le Dr Bannasch, la mutation du gène SLC2A9 pourrait avoir un rapport avec la sélection fondée
la recherche de taches bien marquées.

Le Dr Schaible émet l'hypothèse selon laquelle, le contrôle de la vitesse de migration des
cellules pigmentaires pourrait être lié à un (ou plusieurs) gène situé sur le même chromosome 3,
la corrélation entre ce ou ces gènes ne semblant pas fonctionnelle mais plutôt liée à une probable
transmission simultanée du fait de leur proximité.
Cette question est intéressante lorsqu'on sait que la surdité présente chez le Dalmatien est liée à un défaut de
pigmentation de l'oreille interne...Voilà qui invite à réfléchir...
Les résultats des PEA des portées nées en Europe sont extraordinaires pour le moment : un seul Entendant
Entendant Unilatéral pour 6 portées!







Wendy et Shanghaï du Domaine Belle-Rose (à Pascale Méker)
Wendy et Shanghaï du Domaine Belle-Rose (à Pascale Méker)

III - 5 - Les Dalmatiens Lua auraient une épaule droite

Le standard du Pointer précise : "les épaules sont longues et obliques..."
Cette critique est parfaitement injuste.

CONCLUSION :

Le Comité Consultatif "santé et Bien-Etre de l'AKC a permis l'enregistrement de la lignée Lua (UKC) dans le livre AKC en Octobre 2009 considérant que "ce serait desservir la santé et le bien-être de la race que de ne pas permettre la réintroduction du gène NORMAL .


Lien: luadalmatians-world.com