Le trot du Dalmatien

Le trot, 'aptitude naturelle' du Dalmatien




 Le trot du Dalmatien
L’Aptitude naturelle du Dalmatien est la course de fond ]bà laquelle sa morphologie, sa musculature développée, comparables à celles du cheval, le prédisposent.

Si la Grande-Bretagne, du fait de sa culture équestre, est susceptible de valoriser l’endurance du Dalmatien en l’associant à des épreuves équestres, en ce qui nous concerne, la mise en valeur de l’amplitude et de la puissance du trot - permettant seules une capacité à trotter sur de longues étapes sans fatigue - nous semble susceptible d’atteindre cet objectif .
En effet, en exposition la taille des rings et le temps imparti permettent trop rarement la mise en valeur du trot de nos Dalmatiens.



Rappel du standard

I Allures

« Les allures doivent être très dégagées, le mouvement puissant, rythmique, avec de longues enjambées. Les membres se déplacent dans des plans parallèles, les membres postérieurs dans la même piste que les antérieurs ».
« Défauts : pas court (NDLR = foulée courte), membres qui fauchent ».

Comme le souligne l’e Wafdal (World Association for Dalmatians), les taches du Dalmatien ne doivent en aucun cas prendre le pas sur la construction et le mouvement, ce que Marie-Claude RICOU, Secrétaire du DCF, exprime de façon imagée par « il ne faut pas juger le Dalmatien sur son pyjama ».

II Construction

  • « Poitrine haute et ample, les côtes bien cintrées. (Wafdal : longue et descendue jusqu’aux coudes) ».

  • « Ligne du dessus
. Le garrot (1) est bien dessiné (wafdal : corollaire d’une épaule longue et oblique)
. Le dos est puissant et droit (wafdal : la jonction dos-reins (2) doit être visible).
. Le rein est bien musclé et légèrement « harpé » (Wafdal : rein non convexe, (3) croupe très légèrement inclinée, (4) c’est-à-dire pas trop angulée) ».




 Le trot du Dalmatien
  • « Membres antérieurs
. Les épaules sont modérément obliques, nettes et musclées
. Les coudes sont bien au corps
. Les membres antérieurs sont parfaitement droits, forts, d’ossature solide (Wafdal : Le bras ne doit pas être trop vertical de profil).(5)
. Le poignet doit être élastique » (6)


 Le trot du Dalmatien







Jarrets
Aplombs
Aplombs
au trot
corrects à
Bons
Mauvais
l'arrêt
 
(jarrets serrés)

  • « Membres postérieurs
. Les muscles sont fortement développés et nettement dessinés
. Le grasset est bien angulé
. Les jarrets le sont légèrement
. Vus de derrière, les postérieurs sont parallèles »
(NB : Lors de l’allongement du trot les membres
postérieurs perdent quelque peu leur parallélisme pour
se rapprocher du plan médian).

  • « Pieds
. Ronds, avec des doigts bien cambrés, ils sont dits « pieds de chat », contrairement aux pieds plats dits « pieds de lièvre »

Retenons de l’énoncé du standard que de bonnes allures (il s’agit surtout du trot… sans oublier le pas !) dépendent de 3 facteurs :

1- Bonnes angulations
2- Aplombs corrects
3- Musculature développée


Les quatre critères du bon trot

1) Amplitude

L’amplitude dépend d’abord d’une bonne extension des membres antérieurs cherchant le terrain loin devant, (favorisée par une bonne angulation de l’épaule). Elle dépend également de l’engagement des postérieurs (favorisé par une bonne angulation du genou et du jarret) ; l’engagement des postérieurs venant sous la masse assure la tension du dos - caractérisée par une légère voussure de ce dernier - et ce, d’autant mieux que le sujet est doté d’une bonne ligne de dessus ( schema n°1 de 1 à 4)
Sur un sol meuble on peut observer, lorsque l’engagement des postérieurs est excellent, que l’empreinte du postérieur se superpose à l’empreinte de l’antérieur : le chien « se juge»

 Le trot du Dalmatien


Bonnes angulations
Foulée ample








Angulations insuffisantes
Foulée courte

2) Rectitude et correction des aplombs

Le jugement des aplombs dynamiques est autrement plus intéressant que le jugement des aplombs statiques (présentation à l’américaine) à l’heure actuelle trop favorisé en exposition
Les aplombs doivent être jugés en ligne droite mais aussi sur le cercle : du bout du nez à la pointe de la queue la colonne vertébrale doit suivre la courbe du cercle.

3) Cadence

Un trot cadencé se définit par son rythme, sa puissance.
Il ne doit en aucun cas être confondu avec un trot précipité aux foulées étriquées.
Un trot sautillant (cf caniche) ou harpé (cf petit lévrier italien) sont totalement à proscrire car le Dalmatien doit couvrir du terrain.
Le Maître, par la complicité établie avec son chien, peut influer nettement sur la cadence du trot.

4) Aisance

Un Dalmatien trottant convenablement doit donner l’impression de souplesse et d’absence d’effort. Il est à noter qu’une vitesse excessive du trot peut nuire à l’élasticité de l’allure.

Entrainement

 Le trot du Dalmatien


Vanille des jardins de Fréville
Famille JUMEL

Meilleures allures
Fête du Dalmatien 2006

1) Musculation

Si les angulations et les aplombs sont fortement tributaires du patrimoine génétique, une bonne hygiène de vie pendant la période de croissance n’est pas sans influence.
La musculation, fruit d’un exercice judicieux, permettra à des chiens dont la conformation n’est pas forcément parfaite, d’acquérir un meilleur trot.
La musculature se développe en liberté, dans une attitude de quête ou le nez au sol, mais absolument pas en laisse qui tend à relever le cou et creuser le dos.
Les promenades en terrain varié, riche en déclivités, sont tout à fait propices au développement musculaire du dos et à l’engagement des membres postérieurs.

2) Recherche du poids idéal

On remarque chez un chien en bonne condition physique (« fit » en anglais) les muscles se dessinant sous la peau .
Il est à noter qu’en exposition beaucoup trop de Dalmatiens sont en excès de poids.

3) Collaboration Maître/Chien

Un travail régulier permet à tout chien d’améliorer son trot. Ceci sera développé dans un prochain atelier.
La tension du dos est assurée par un contact léger avec la main par l’intermédiaire de la laisse.
L’engagement des postérieurs et l’amplitude sont directement influencés par la propre foulée du maître qui veillera à la concordance de sa foulée avec celle de son chien .
La tonicité du trot sera modulée par l’incitation vocale.

4) Trot moyen et trot allongé

Allonger le trot signifie couvrir plus de terrain à chaque foulée, c’est-à-dire qu’une même distance sera parcourue avec un nombre de foulées inférieur.
La transition entre trot moyen et trot allongé permet de mettre en valeur la qualité de l’allure.




Dominique Vincent